Le Blog

L’erreur, source d’apprentissage.

Durant des décennies, dès l’école maternelle, on nous a fait comprendre que l’erreur, « c’était mal » ! false 2061132 1280

Combien étions-nous durant notre scolarité, à ne pas oser répondre à l’enseignant de crainte de nous tromper et d’être alors envahis par un sentiment de honte qui souvent laissa des traces ? Toute notre éducation fut fondée sur cette nécessité de réussir.

Alors que dans les pays anglo-saxons l’échec est une notion tout à fait intégrée et même saine dans un cursus d’apprentissage, la France refuse longtemps de prendre en compte le statut de l’erreur, notamment en classe.  

Le droit à l’erreur doit être reconnu et pris en compte

Aujourd’hui, les philosophes et psychologues de la petite enfance sont unanimes pour dire que l’enfant confronté à l’échec et à l’erreur est plus apte à réussir et comprendre que ceux qui ne le sont pas. Ce n’est pas anodin si les plus grands scientifiques, avant de mettre au point leurs recherches ont essuyé de nombreux échecs. En science, on progresse toujours par hypothèses qu’il s’agit ensuite d’infirmer ou de réfuter. De même, l’élève apprend et progresse selon une méthode d'essai-erreur. 

Dans le domaine sportif également, les champions ont le plus souvent traversé des échecs les poussant à s’améliorer et à devenir les meilleurs. On sait maintenant par des études que les plus grands champions sont ceux qui ont dû surmonter des échecs alors que d’autres sportifs ayant réussi plus facilement ont eu une carrière plus courte et parfois une fin de carrière prématurée par suite d’une situation d’échec « trop tardive » déstabilisante.  L’erreur est un facteur de progrès, car il pousse chacun à comprendre pour se dépasser.

L’enfant découvre son propre fonctionnement intellectuel et gagne en autonomie

Mais pour que l’échec soit profitable, faut-il encore que le sachant (parent, enseignant) utilise cette occasion pour identifier la démarche d’apprentissage de l’élève et la raison de l’erreur.

champion 2782788 1920Selon Charles Pépin, philosophe français qui écrit « Les vertus de l’échec » (Allary Editions) pour qu'un échec soit vertueux, il faut réunir trois conditions. La première est d'écarter tout déni de cet échec. La seconde est de bien faire la distinction entre « être un raté » et « avoir raté ». Il ne faut pas que l’enfant s’identifie à cet échec. Ce n’est pas son échec personnel mais l’échec de la séance d'apprentissage. Bien entendu il faut distinguer ce type d'erreur de celle d'étourderie!

Enfin, le plus important, c'est de prendre le temps d'interroger cet échec, d'y réfléchir pour modifier la démarche d’apprentissage, ce qui reste une gageure pour bon nombre d’enseignants chargés d’une classe de 25 ou 30 enfants…

« Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends »

Nelson Mandela

Structure événementielle & pédagogique

TROPHEE JULES VERNE, décembre 2018 - mars 2019 La Trinité-sur-Mer

Dans l'attente d'une fenêtre météo favorable permettant au maxi-trimaran noir et or de s'élancer dans sa nouvelle tentative de record autour du monde à la voile, et durant toute la tentative, les visiteurs et les classes inscrites au programme pédagogique Spindrift for Schools ont pu découvrir les coulisses de la préparation de l'équipage de Spindrift 2 dont le port d’attache est basé à la Trinité-sur-mer. Une "fenêtre" sur l'activité éducative du team et une structure événementielle vecteur de communication envers le public local qui a particulièrement apprécié cet effort de pédagogie et de transmission des savoirs.

Publish modules to the "offcanvas" position.